31 janvier 2011

24HBD2011

Les 24 heures de la BD ont eu lieu mardi dernier à 15h, jusqu'à mercredi 15h.

Petit rappel du défi : Faire une BD de 24 planches (dont une couverture et une 4eme de couverture) en 24h, selon des contraintes imposées.

C'était ma troisième expérience du genre, mais une grande première dans l'édition officielle du festival international de la BD d'Angoulême, la seule, la vraie, l'unique, mise au goût du jour par Lewis Trondeim !

Cette année nous étions 400 (professionnels, étudiants d'art ou amateurs), les contraintes étaient de faire 22 strips sur un format demi-A4 dans le sens de la longueur mettant en scène Popeye (qui, pour la petite histoire, est tombé dans le domaine public il y a peu de temps).

Pour ceux d'entre vous qui ne savent pas ce qu'est un "strip" :
Une BD est composée de planches (pages), elles-même composées de strips (lignes), eux-mêmes composés de cases.
Le strip est donc une succession de cases (souvent 3-4) sur une ligne, qui comporte à chaque fois une histoire propre, ou bien qui se suit de semaines en semaines dans les journaux, mais le strip impose quasi-systématiquement un gag.

Donc en gros, le temps gagné à faire des strips (et non pas des planches contrairement au autres éditions), à été réinvesti dans la fait de devoir faire des personnages au design imposé et trouver un gag toutes les 3 cases.

Bon voila, "Popeye", comme intitulé de sujet, ça pue un peu du cul, parce que c'est à la fois trop vaste, et trop ciblé...'fin bref, c'est l'jeu ma pauv' Lucette.
Cette année un fort pourcentage de participants n'a pas atteint l'objectif des 24 planches, tellement le sujet n'inspirait pas grand monde. Seuls 36/90 professionnels participants cette année ont été au bout. L'an dernier un seul n'avait pas achevé son travail.

Avec l'ami Dorian, nous avons tout deux effectué les 24 planches. Lui a fini à 8h00 du matin, et à enchaîné la journée de cours.
J'ai fini à 13h40 (donc 22h40 après le début de l'épreuve), et comme c'était l'heure adéquate, j'ai enchaîné en cours d'Histoire de l'Art à 14h (il faut quand même rester sérieux de temps en temps !).
Et après une bonne petite journée de 36h en ce Mardredi de fin janvier, le dodo tant espéré ne fut pas du luxe pour entamer d'un bon pied ce festival de la BD 2011 !



























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire